Blog

Avertissement de SeaHelp: Vérifiez toujours la bouée de mouillage

Adria, Croatie, Guide de la région, Highlights (SeaMagazine), Nouveautés, Sécurité, Top Nouveautés

Est-ce que ça va tenir ou pas ? L’un des adhérents SeaHelp a été obligé de réfléchir à cette question quand l’année dernière, il s’est servi de l’une des bouées de mouillage situées à Uvala Potkučina, près de l’île de Kakan, pour y ancrer son bateau. Il a documenté dans quel état la bouée était et il a transmis toutes les informations à SeaHelp. Il a ainsi finalement rédigé le commentaire suivant : « Sois prudent et regarde un peu où tu jettes la ligne de mouillage pour toute la vie… ». Comme notre adhérent en a averti aussi l’exploitant des bouées de mouillage, l’on aurait pu donc s’attendre à ce que le problème soit résolu dans l’immédiat. Mais le conditionnel est resté, car cette année, notre adhérent a choisi exactement la même bouée pour ancrer son bateau et il pouvait à peine en croire ses yeux : seulement une réparation grossière a été effectuée, la réparation n’est même pas le mot juste, c’était juste du rafistolage.

« Il est vrai qu’il y a des moutons noirs parmi les exploitants des bouées de mouillage qui ne savent pas vraiment ce que c’est la responsabilité. Une chose est sûre, notamment que la bouée de mouillage – dont j’avais informé SeaHelp – s’est détachée et l’exploitant a fait juste une rallonge à l’aide d’une corde pour la fixer à nouveau. L’année dernière, j’ai attiré l’attention de l’exploitant sur le fait qu’il faudrait remplacer les cordes des bouées et que c’est vraiment une négligence grave, si quelqu’un loue des bouées dans un tel état. » C’était donc l’opinion de notre adhérent, dont l’identité est connue pour SeaHelp, mais il préfère rester dans l’anonymat. Nous vous indiquons la location exacte de ces bouées de mouillage : il s’agit de la Uvala Potkučina. SeaHelp s’occupe toujours de ce sujet et vérifiera s’il y aura des changements positifs dans l’avenir. Entretemps, nous invitons les marins à être prudent dans cette zone de bouées.

 

Il y a de bonnes raisons pour faire peur aux propriétaires de bateaux : Les équipes de sauvetage de SeaHelp doivent intervenir chaque semaine pour aider les bateaux en détresse. Selon la déclaration du chargé de communication de SeaHelp, les bouées de mouillage en mauvais état sont principalement la cause de ces interventions.

Comment est la situation du point de vue juridique ? Si l’on ancre son bateau à une bouée de mouillage, l’on croit à juste titre que la bouée peut maintenir le bateau. Cependant, dans la vérité, ça se passe souvent autrement. Même si l’on arrive à prouver que l’exploitant des bouées a commis une négligence grave, la question se pose si celui-ci se trouve dans une telle situation financière qu’il puisse payer une indemnité pour les dégâts causés ou pas. La responsabilité des exploitants reste souvent limitée. Il n’est pas sûr qu’ils aient souscrit une assurance complémentaire permettant de couvrir ces dégâts. C’est une chose si quelqu’un a raison, mais… peut-on lui rendre justice ?

La prise de position des compagnies d’assurance n’est pas évidente non plus. Il est fortement recommandé de lire aussi les clauses en petits caractères avant la souscription de l’assurance mais au plus tard avant l’utilisation des bouées de mouillage : il y a des compagnies d’assurance qui ne garantissent pas le remboursement des dégâts causés par des bouées de mouillages détachées, dans le cadre de l’assurance de responsabilité civile. Seul celui qui souscrit une assurance tous risques, peut se sentir protégé. Dans notre cas, il est fort probable que la compagnie d’assurance examine la possibilité de transférer la demande de dommages-intérêts à l’exploitant des bouées.

Peu importe, cela signifierait probablement la fin des vacances à peine entamées. C’est pourquoi SeaHelp propose de vérifier nous-mêmes l’état des bouées sous l’eau. Pour le faire, il ne faut pas disposer forcément des capacités d’un plongeur en apnée libre. Les appareils modernes, comme par exemple les drones sous marins permettent de faire cette vérification et l’on peut les acheter à partir de 1400 euros. Si l’eau n’est pas trop profonde, nous pouvons nous informer sur l’état des bouées aussi à l’aide d’une caméra GoPro, fixée sur une perche.

Si vous aussi, vous avez découvert des absurdités que l’on devrait montrer au grand public, n’hésitez pas à envoyer des photos par courrier électronique à la rédaction du Magazine SeaHelp, voie de communication de SeaHelp. Après avoir analysé la situation, nous en informerons le public pour trouver une solution au problème.