Blog

Guide de révision SeaHelp : l’île de Brac, Bol, Zlatni Rat

Guide de la région, Highlights (SeaMagazine), Nouveautés vidéos

Zlatni Rat, dont le nom se traduit dans la langue croate en « corne d’or » se retrouve parmi les plages le plus souvent photographiées de la côte dalmate et figure dans de nombreuses brochures et dépliants de voyage. En regardant un peu de plus près, on peut constater que la plupart des photos a été prise vue du ciel. Cela a une raison bien précise : si quelqu’un souhaite voir cette plage bien connue, située près de la ville de Bol sous un autre angle, sera alors rapidement déçu ou il est possible aussi qu’il ne la trouvera pas, car sa beauté ne se montre que vue du ciel.

La plage composée de galets, où dans la période d’été de nombreux yachts jettent l’ancre, change sa forme de faucille selon les courants marins et les conditions de vent. L’eau cristalline, la plage composée de galets et la forêt de pins âgée d’au moins un siècle, située à quelques pas du bord de l’eau permettent d’admirer cette multitude de couleurs.

Sur l’île de Brac, à part la « corne d’or », l’on retrouve encore de nombreux endroits et marinas pour y jeter l’ancre. Il est vivement conseillé de visiter aussi la terre ferme, surtout en basse saison et en saison intermédiaire quand il y a moins de touristes sur l’île de Brac. La ville de Supetar, ainsi que les communes de Bol, Milna, Nerezisca, Postira, Pucisca, Selca et Sutivan offrent également des curiosités historiques à voir et à visiter.

Il existe une curiosité aussi importante que la « corne d’or », c’est la pierre calcaire de Brac, ayant été utilisée comme matière première lors de la construction de nombreux bâtiments connus, comme par exemple la Maison-Blanche de Washington, la nouvelle aile de la Hofburg à Vienne, le palais du gouverneur à Trieste, le Parlement de Budapest, le Palais de Dioclétien de Split, la cathédrale de Trogir et de Split.

La légende existe toujours : on dit que des pilotes survolant cette étroite bande de terre ont découvert la pleine beauté de la  « corne d’or », car ils prenaient toujours des photos de la forme et de la taille changeant de la plage et ont réussi à capturer la multitude des couleurs.